Mairie Prunelli Di Fium'Orbu

Lieu : Prunelli Di Fium'Orbu (2B)

Programme : Réhabilitation et extension d’une maison pour la réalisation d’une mairie et aménagement du parc et des stationnements

Maîtrise d’Ouvrage : Commune de Prunelli Di Fium'Orbu

Maîtrise d’Oeuvre : Buzzo Spinelli Architecture, ISB Structure, SMI Fluides, Dominique Bireaud Economiste

Surface : SDP 609 m2

Coût : 1 040 000 € HT

Calendrier : 2014-2018

Le long de l’axe qui mène au village de Prunelli di Fium’Orbu demeure la Villa Stath. Autrefois hôtel particulier, la propriété du XXe siècle a perdu de sa superbe. L’âme de son parc, soufflée par la vitesse de cette voie, semble s’être évanouie.

 

Pourtant, lorsqu’on foule le sol de ce site, les arbres de hautes tiges restés dignes, inspirent la sérénité d’un jardin.

La Villa procède d’une volumétrie singulière. Couronnée d’une toiture trois pentes, sa configuration génère sur l’arrière un mur pignon.

 

Retranchée au centre de la parcelle, cette architecture semble incomplète. Le pan monumental qui l’interrompt, apparaît comme en attente.

Avec le projet, deux nouveaux fragments d’architecture sont venus prendre part à la composition. Disséminés sur la parcelle, ils souhaitent redonner à l’ensemble un équilibre perdu. Ces masses minérales investissent le parc. A l’image de pierres, elles sont taillées de facettes pour venir s’assembler avec la maison existante. Un sujet de verre s’insère au centre de cet ensemble et parfait l’assemblage. De par sa transparence, il invite parc et ville à pénétrer au cœur du projet.

 

Depuis la rue l’extension se signale de par sa blancheur. Elle joue le rôle de toile de fond, mettant en lumière les nombreuses nuances de vert qu’offre le jardin. L’insère de verre qui n’est autre que le hall appelle à entrer.

La brique façonnée main qui pare les façades fait entrer la matière en vibration.

Les empreintes laissées par les doigts dans la terre donnent à ce matériau une sensualité et une poésie prégnante.

Les menuiseries sont quant à elles conçues comme des incrustations précieuses dans ces masses minérales, rendant hommage au travail du bois, en rappel au passé industriel-forestier de la commune.

Le projet souhaite, au delà la création d’un hôtel de ville, répondre aux enjeux urbains et sociaux des lieux.

 

Aujourd’hui, la commune connaît un développement linéaire le long de la RD244. Un numéro pour nommer un non-lieu. Le cœur de Migliacciaro est ainsi constitué d’une succession d’édifices publics disséminés de long de cet axe.

L’hôtel de ville est un vecteur d’urbanité. Il s’agit de considérer le rayonnement, l’attrait et l’affluence générés par le caractère institutionnel du programme comme une opportunité de dynamiser le centre. Le projet a notamment l’ambition de freiner le développement linéaire en redonnant de l’importance à la transversalité afin d’amplifier le phénomène de centralité.

Pour cela, il s’agit d’exploiter la parcelle dans toute sa profondeur en intensifiant le parc.

 

Ce dernier trouve son dessin dans l’image en vue aérienne des plaines du Fium’Orbu, et plus particulièrement dans le tableau formé par la trame rurale rendue par le laniérage du territoire. Une trame, basée sur les proportions de la maison existante est appliquée sur la totalité de la parcelle. A l’échelle du site, les points d’intersection de la trame sont matérialisés par des bornes lumineuses, qui émergent du sol tels des totems de bois qui colonisent la parcelle. Chacun des points est associé à un arbre. Les bancs en bois invitent à venir s’asseoir à l’ombre de cette forêt urbaine.

 

La destinée de ce parc est d’être un temps d’arrêt, de créer un obstacle à la vitesse autour de laquelle la ville s’est agrégée.

Il est pensé comme une interférence à cette dictature. Il impose son rythme, intercale un silence, un instant de pause nécessaire pour que Migliacciaro cesse d’être un corridor où l’on ne fait que passer.

L’architecture de ce projet est basée sur une recherche architectonique pour raconter une ville nouvelle née du travail de la terre et du bois, retrouver dans la profondeur d’une empreinte celle de Prunelli di Fium’Orbu.

Show More

© Buzzo Spinelli Architecture