Bureaux Ivry

Lieu : Ivry (94)

Programme : Réalisation d’un immeuble de bureaux avec cafétéria et commerces

Maîtrise d’Ouvrage : Privée

Maîtrise d’Oeuvre : Buzzo Spinelli Architecture

Surface : SDP 7 412 m2

Coût : NC

Calendrier : Concours 2019

Pespectives : Lunance

Le lot 2K1 fait partie du secteur 2 de la ZAC Ivry Confluences qui assure l’interface entre le centre historique d’Ivry et le nouveau projet d’Ivry Confluences.

Dans ce cadre, le programme de bureaux à installer sur ce site, se doit d’être vecteur de lien urbain, paysager et social de cette ville en pleine mutation.

La valorisation du patrimoine et la qualité du rez-de-chaussée sont capitales dans la création d’une ville active et animée.

S’inscrire dans l’engagement profond pris depuis maintenant presque 10 ans du projet de la ZAC Ivry Confluence est une priorité.

Le projet tient à renforcer le lien d’Ivry à Ivry et à engager un retournement vers la Seine à travers le déploiement d’espaces publics, marqués par leur caractère végétal.

Si la promenade des Quais et le parc de la Confluence illustre ce schéma à l’échelle de la ZAC, un maillage à plus petite échelle, celle de l’îlot, se déploie dans l’interstice entre la Seine et le centre d’Ivry.

Le lot 2k1 qui se situe au cœur de ce maillage, est bordé par des squares et la future place publique des abattoirs. Le projet, en s’insérant dans ce réseau d’espaces publics à petite échelle, entre en résonance avec le parti pris global du projet de la ZAC Ivry Confluence.

Longtemps industriel, le secteur connaît aujourd’hui de profonds bouleversements, telle la libération d’emprises foncières majeures.

Valoriser le patrimoine tout en se tournant vers l’avenir et ses nouvelles mobilités sont essentielles à un futur durable de qualité.

L’héritage industriel n’est plus à démontrer. Le visage d’Ivry donne à voir une hétérogénéité tant dans les gabarits de ses édifices que dans leur matérialité.

Les halles sont des visages immuables de la la ZAC Ivry Confluences ; Elles jalonnent le territoire, comme la halle des abattoirs, mitoyenne au lot 2K1.

La structure métallique de ces bâtiments patrimoniaux accueille la majeure partie du temps un remplissage qui la dissimule. Ces structures sont visibles depuis l’intérieur. Elles renvoient un caractère industriel et patrimonial à ces édifices.

Prônant l’expression d’un exosquelette en métal qui révèle le jeu savant des assemblages de ces structures, le projet se hisse fièrement au cœur du quartier.

Comme unique remplissage, le verre met en valeur cette structure.

Le projet joue de transparences et de reflets. Il reflète l’image des édifices environnants et laisse entrevoir des perspectives visuelles et d’usages à différentes échelles et à tous les étages.

L’expression métallique et toute en finesse de la structure est emprunte de l’expression patrimoniale de la ville.

L’îlot 2K étant mitoyen à la halle des abattoirs, l’enjeu est d’offrir une volumétrie qui intègre la proximité de la halle des abattoirs et de la longère, le long de la limite parcellaire.

Toute en délicatesse, le projet cherche à valoriser le patrimoine. L’aile mitoyenne à la halle conserve son échelle basse. Mais au delà du gabarit, c’est le travail fin sur l’accroche du projet à ce bâtiment patrimonial qui est nécessaire et qui invite l’âme de la halle à pénétrer au cœur du projet.

Une toiture inversée reprenant les pentes et gabarits de la longère s’inscrit dans l’aile mitoyenne. Un décollement de verre permet à la lumière de longer la toiture existante pour pénétrer au cœur de la cafétéria, espace commun, animé, et lumineux.

De manière générale, le bâtiment sculpte sa volumétrie au regard des éléments patrimoniaux, mais également au regard du maillage d’espaces publics qu’il souhaite instaurer.

Le square à l’angle de la voie nouvelle S2-1 et de la rue Pierre Rigaud livre un espace public végétalisé en continuité du maille piétons.

Sur la parcelle 2K1, deux jardins se déploient, un premier qui s’ouvre sur la place des abattoirs et qui sculpte le bâtiment sur un cœur végétalisé, et un second en partie Nord de la parcelle, qui s’ouvre à l’Ouest sur la voie nouvelle S2-1.

Par un rez-de-chaussée poreux, ces espaces sont connectés, visuellement pour les passants, et traversant et praticables pour les usagers du bâtiment.

Porosité d’usage et perméabilité visuelle permettent de créer un rez-de-chaussée animé et vivant pour tous au cœur du quartier.

Le long de la voie S2-1, les espaces extérieurs perpétuent le jeu de pleins et de vides que suggère le plan guide et permettent de conférer à l’îlot un caractère « feuilleté et profond », illustration même de la tradition Ivryenne.

L’épaisseur du bâtiment est de 12 mètres, ce qui permet de créer des espaces lumineux, et une ventilation naturelle aisée.

Cette épaisseur permet de penser à une mutation éventuelle future du bâtiment en du logement par exemple, si tel était le besoin de la ville à l’avenir.

Mais il est aujourd’hui question de bureaux, et d’usage de ces bureaux.

Le projet fabrique des coursives filantes orientées selon les différents corps du bâtiment de manière à ce que chaque espace bénéficie d’un espace extérieur orienté Sud.

En continuité des plateaux, ces espaces floutent les limites entre intérieur et extérieur et sont de véritables lieux de vie. Lieux de rencontres, d’échanges, ils accueillent à chaque fois des escaliers qui permettent de franchir les étages et ainsi de créer un parcours vertical au sein du bâtiment.

Un environnement de travail privilégié est créé.

Ces lieux de vie sont connectés à la maille végétale mise en place en rez-de-chaussée.

La végétation au rez-de-chaussée à travers le square, ou encore les deux jardins se déploie dans les étages supérieurs.

Tout d’abord en R+1, sur l’aile mitoyenne à la longère, puis à tous les niveaux, dans les lieux de vie en continuité des plateaux de bureaux pour enfin émerger en attique, et ainsi livrer des espaces végétalisés avec une vue imprenable sur le quartier.

Les différentes strates végétales mises en place accentuent les ruptures d’échelles. Au contact de la longère l’édifice reste bas dans un souci de mise en valeur de l’existant (« Le grand côtoie le petit », une caractéristique significative du territoire Ivryen).

Le reste de l’édifice joue pleinement de la liberté donnée par le PLU pour affirmer une silhouette fine et élancée qui lui permet de jouir d’un statut d’emblème au sein du quartier.

Les « lieux de vie » émergent d’un niveau au dessus de l’attique et créent une rupture d’échelle au niveau des terrasses accessibles. Ils marquent une nouvelle strate dans la hauteur.

Les parcours et les chemins verts, aux abords du bâtiment et en son sein créent un projet entre le privé et le public. En effet, les espaces verts et éléments végétalisés permettent la liaison entre les espaces verts privés et publics existants aux alentours.

Une large palette d’espaces extérieurs est proposée, à différentes échelles et pour différents usages, à tous les niveaux, et ceux ci sont vecteurs d’interactions et de lien social.

La mobilité est également au cœur de nos préoccupations. Un parking en R-1 accueille 64 places.

Un local vélos intégralement vitré en rez-de-chaussée et s’ouvrant sur le jardin en partie Nord de la parcelle est proposé. Egalement accrochés aux poteaux du rez-de-chaussée ou suspendus aux murs, ils fabriquent le décor.

Les usagers du bâtiment sont incités à utiliser ce moyen de transport.

© Buzzo Spinelli Architecture